Politique des langues

La politique de la CIIP dans le domaine des langues s'appuie sur la Déclaration relative à l'enseignement des langues de 2003 et sur la stratégie nationale adoptée en mars 2004 par la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP), déterminant des objectifs et principes pour le développement de l'enseignement des langues au niveau suisse : «Enseignement des langues à l'école obligatoire: stratégie de la CDIP et programme de travail pour la coordination au niveau national» (en savoir plus).

Les principaux éléments de cette stratégie sont désormais inscrits à l'article 4 du concordat HarmoS et les cantons concordataires, dont tous ceux de la CIIP, ont jusqu'à l'année scolaire 2015 – 2016 pour les mettre en œuvre, ce qui implique notamment l'introduction d'une deuxième langue étrangère au degré primaire et le respect des standards nationaux de formation.

 

Priorités politiques d'ici 2023:

1. Politique des langues

La CIIP poursuit la mise en œuvre et le soutien, conformément à l’article 4 du concordat HarmoS, d’un enseignement obligatoire de l’allemand et de l’anglais et une offre facultative d’introduction à l’italien. Elle favorise les initiatives permettant de développer et de renforcer la compréhension mutuelle entre les jeunes Suisses et le respect des langues et des cultures nationales et s'engage en faveur des échanges d'apprenants et d'enseignants entre les régions linguistiques du pays. Elle soutient également les initiatives favorisant la prise en compte des langues d’origine des élèves allophones et du plurilinguisme à l’intérieur des classes.
Enfin, la CIIP poursuit son action pour le traitement coordonné et cohérent des questions relevant de politique linguistique, de plurilinguisme et des usages pédagogiques, sociaux et culturels du français dans l'espace romand comme dans l'espace national de la formation, ainsi que sur le plan de la francophonie.

Objectifs principaux actuels:

  • Traiter de manière cohérente et globale de toutes les ques-tions relevant de politique linguistique, de plurilinguisme et des usages pédagogiques,  sociaux et culturels du français dans l'espace romand comme dans l'espace national de la formation, ainsi que sur le plan de la francophonie.

  • Soutenir le statut et la place de la langue française et de la langue italienne dans le système suisse de formation et favoriser les échanges d'apprenants et d'enseignants entre les régions linguistiques.

  • Soutenir la promotion de la lecture et le développement du goût de lire chez les enfants et les jeunes.

  • Soutenir, aux côtés de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales, les activités du Glossaire des patois de la Suisse romande, dans le cadre du mandat de presta-tion confié à l’Université de Neuchâtel.